Le collier rouge de Mère Noël

Par un bel après-midi d’automne, Père Noël et son épouse font une promenade dans la nature. Mère Noël adore se balader à travers les champs et les forêts. Tout en marchant, le couple se remémore des souvenirs de Noël.

— Tu te souviens de l’année où les lutins Holhoojas ont décidé d’inventer un nouveau chant de Noël tout en rimes ? demande Père Noël.

— Ah oui, je m’en souviens très bien ! répond Mère Noël. Que c’était drôle ! Les pauvres n’arrivaient pas à mémoriser les mots et ils chantaient tous des paroles différentes !

En riant, Mère Noël porte la main à son cou.

— Oh non ! s’exclame-t-elle.

— Que se passe-t-il ? s’inquiète Père Noël.

— J’ai perdu mon collier ! Le joli bijou de perles rouges que tu m’avais offert !

— Es-tu bien certaine que tu le portais ?

— Bien sûr, répond Mère Noël. Je l’ai mis en m’habillant ce matin.

Mère Noël est vraiment triste d’avoir perdu son collier. Père Noël pose sa main sur son épaule pour la réconforter.

— Ne t’inquiète pas. Nous le retrouverons sûrement. Il suffit de retracer nos pas.

Il prend la main de sa femme et ensemble ils rebroussent chemin afin de chercher le collier. Ils marchent lentement, les yeux fixés sur le sol, à la recherche d’une touche de rouge dans ce paysage gris et vert. Aucun signe du bijou.

Quand leur route traverse un champ, Mère Noël commence à se décourager.

— Les herbes sont si hautes ici… Nous n’arriverons jamais à retrouver mon collier.

— Mais si, mais si! Nous avons juste besoin d’un peu de chance. Aie confiance, lui dit Père Noël.

Ils se remettent à chercher. Après un moment, l’attention de Père Noël est attirée par quelque chose de rouge dissimulé dans les herbes.

— Oh, regarde !

Il se penche pour ramasser l’objet, mais ce dernier s’envole en un battement d’ailes ! Ce n’est pas le collier… c’est un oiseau rouge qui se cachait dans les herbes ! Un joli petit oiseau aux plumes aussi brillantes que les plus belles décorations de Noël ! Excité, l’oiseau vole pendant quelques secondes autour de la tête de Père Noël.

— Ho ho ho ! Excuse-moi, petit oiseau ! Je croyais que tu étais un collier !

— Ah c’est vous, Père Noël ! Vous m’avez fait peur ! dit l’oiseau rouge.

Père Noël tend son bras et l’oiseau vient se poser délicatement dans sa main.

— Mon nom est Kiki. Puis-je vous demander pourquoi Mère Noël a l’air si triste ?

— En marchant, j’ai perdu le collier que Père Noël m’avait offert. C’est un souvenir d’un beau voyage que nous avons fait ensemble alors j’y suis très attachée.

— Quel dommage, dit Kiki. De quoi avait-il l’air, ce fameux collier ?

— Il était fait de perles de la même couleur que votre joli plumage, cher oiseau.

— Puis-je vous aider à le retrouver ? demande Kiki.

— Ce serait très apprécié ! répondent Père et Mère Noël en cœur.

Le trio se met donc à la recherche du collier. Le couple repousse les herbes du bout du pied pour examiner le sol. Au-dessus de leur tête, l’oiseau survole le champ en traçant de grands cercles pour tenter de repérer le bijou.

Ils cherchent et cherchent et cherchent encore, mais ne trouvent pas.

— Je crois qu’il vaut mieux abandonner, dit Mère Noël. Le jour s’achève et on voit de moins en moins bien.

— Vous avez l’air si triste ! dit Kiki. J’aurais tellement aimé retrouver ce collier pour vous.

— Ce n’est qu’un bijou après tout, dit Mère Noël. Je ne vais pas en faire un drame.

Pour l’encourager un peu, Père Noël lui suggère de reprendre les recherches le lendemain en compagnie de quelques lutins. Le couple dit au revoir à Kiki et retourne vers la maison.

Après un bon repas puis un chocolat chaud réconfortant, Mère Noël et Père Noël vont dormir.

Au petit matin, un bruit étrange réveille le couple.

Toc. Toc. Toc.

— Quel est ce bruit ? demande Mère Noël.

Toc. Toc. Toc.

— On dirait que ça vient de la fenêtre, répond Père Noël.

Mère Noël se lève, va ouvrir les rideaux et s’exclame :

— Ooooh !

Kiki le petit oiseau rouge est à la fenêtre et tape contre la vitre avec son bec. Derrière lui, Mère Noël voit du rouge partout ! Père Noël vient la rejoindre à la fenêtre.

— Que c’est beau !

Le sol, les arbres et les toits des maisons du village sont recouverts de petits oiseaux rouges. L’effet est superbe !

Père Noël ouvre la fenêtre et Kiki s’adresse à eux :

— Bonjour ! Je suis désolé de vous réveiller, mais mes amis et moi avons une bonne nouvelle : nous avons retrouvé le collier de Mère Noël !

Deux oiseaux rouges atterrissent sur le bord de la fenêtre. Ils tiennent chacun au bec une extrémité du collier rouge.

— Que je suis heureuse ! s’exclame Mère Noël en récupérant son bijou. Comment avez-vous fait pour le retrouver ?

— J’avais le cœur brisé de vous voir si triste, dit le petit oiseau. J’ai donc réuni tous mes amis. Nous avons survolé la région et après de longues recherches, nous avons fini par repérer le collier. Il s’était coincé dans une branche de sapin !

— Ah ! J’ai dû passer trop près d’un arbre en cherchant à éviter une flaque d’eau, répond Mère Noël. Je vous suis si reconnaissante, mes petits amis !

Les oiseaux se mettent tous à chanter en même temps pour la saluer.

— Comment pouvons-nous vous remercier ? demande Père Noël.

— Le sourire retrouvé de Mère Noël est la seule récompense dont nous avons besoin, répond Kiki.

Sur ces mots, il prend son envol, suivi par tous ses amis. Pendant un moment, le ciel entier se couvre d’un nuage rouge, puis le bleu réapparait à l’horizon.

Mère Noël remet précieusement son collier dans son coffret.

— Il faudrait bien trouver une manière de les remercier, dit Père Noël.

— J’ai une petite idée de ce qui pourrait leur faire plaisir, dit Mère Noël, une lueur d’excitation dans les yeux.

Le lendemain matin, quand les oiseaux rouges viennent survoler le village à la recherche de miettes de pain, une très belle surprise les attend. Sur le sol de la place centrale, le mot MERCI apparaît en grandes lettres formées par des milliers et des milliers de graines rouges. Les oiseaux dévorent ce délicieux goûter en piaillant de joie.

×