Le lutin de Noël et les chaussettes perdues, partie 2 de 2

Deuxième partie

À son réveil, le petit Eddie sauta hors du lit et alla vérifier le contenu de son piège à lutin. Sa surprise fut grande quand il constata que la boîte ne contenait ni sucrerie, ni biscuit… et ni lutin!

Mais la boîte n’était pas vide pour autant. Eddie y trouva une feuille de papier sur laquelle était écrit un message :

Cher Eddie,

Je te remercie pour les délicieuses sucreries et le biscuit. C’est très généreux de ta part.

Signé : Dainty le lutin
P.S. J’aime beaucoup ton style. Je te trouve très élégant et très poli.

Eddie était très excité de pouvoir confirmer qu’un lutin était passé chez lui! Il était aussi flatté du compliment que le lutin lui avait fait, mais ça ne réglait tout de même pas son problème de chaussettes. Il décida donc de rédiger une note à l’intention du lutin :

Cher lutin Dainty,

Je vous remercie de votre visite et de vos bons mots à propos de mon style. J’aimerais cependant savoir si c’est vous qui avez pris les chaussettes que je n’arrive plus à retrouver. Je m’excuse à l’avance si vous n’êtes pas responsable, mais il s’agit d’une situation très embêtante pour moi.

Signé : Eddie
P.S. Voici d’autres sucreries pour vous.

Avant d’aller se coucher, Eddie déposa le message dans la boîte avec quelques sucreries pour le lutin. Il était très énervé cette fois-ci et eut bien de la difficulté à s’endormir!

Au petit matin, Eddie s’approcha nerveusement de la boîte, espérant y trouver Dainty avec qui il pourrait enfin discuter face à face. Hélas, il n’y avait pas de lutin à l’intérieur. À la place, la boîte contenait une lettre… et plusieurs chaussettes! Eddie saisit d’abord la lettre.

Cher Eddie,

Oui, je l’avoue, c’est moi qui ai emprunté quelques-unes de tes chaussettes. Je te prie de m’en excuser mais c’est plus fort que moi!

Je suis un lutin du clan des Surbienveillants. Nous sommes envoyés en mission dans les maisons des enfants afin de veiller sur eux et de rapporter leurs bons et mauvais coups au Père Noël. Les résultats de nos observations sont ensuite analysés par une machine qui détermine si les enfants se retrouveront sur la liste des enfants sages ou sur celle des polissons.

À force de passer du temps chez les enfants, il arrive que nous nous attachions beaucoup à eux. Quand c’est le cas, les lutins sont alors tentés de garder un objet en souvenir de l’enfant. Ça nous fait chaud au cœur de regarder cet objet et de nous remémorer tous les gestes de bonté et de générosité de son propriétaire.

Je t’observe depuis un moment et j’admire beaucoup l’attitude respectueuse que tu as envers ta mère. Je suis aussi impressionné par le soin que tu mets à bien ranger les choses et à choisir tes vêtements. Tu as de très jolies chaussettes… J’ai donc eu envie d’en conserver quelques-unes en souvenir de toi!

Je comprends cependant que cela puisse t’embêter. Je te remets donc des chaussettes afin que tu puisses avoir les deux pieds bien au chaud!

Amicalement,
Dainty le lutin

Eddie regarda autour de lui dans sa chambre, se demandant où le lutin Dainty pouvait bien se camoufler… Aucun signe de lui autour, mis à part la présence des chaussettes au fond de la boîte! Eddie prit les bas un par un dans ses mains et les observa. Il fut surpris de constater qu’aucun de ceux-ci ne lui appartenait! Le garçon se sentit très perplexe. Il décida d’écrire un autre message au lutin.

Cher lutin Dainty,

Je vous remercie de nouveau pour vos bons mots qui m’ont fait chaud au cœur. Je vous remercie également de m’avoir rendu des chaussettes. Malheureusement, ce ne sont pas les miennes! Je les remets donc dans la boîte pour que vous puissiez les rendre au bon enfant.

Signé : Eddie
P.S. J’espère que vous arriverez à retrouver mes chaussettes.

Eddie plaça les chaussettes dans la boîte et y ajouta aussi quelques bonbons pour le lutin. Il essaya de garder un œil ouvert toute la nuit pour surveiller le passage de Dainty, mais la fatigue eut le dessus sur lui et il s’endormit profondément.

Dès son réveil, le petit Eddie courut vers la boîte pour en examiner le contenu. Il y trouva encore une fois quelques chaussettes dépareillées de même qu’un message.

Cher Eddie,

Je suis désolé… Je ne suis malheureusement pas aussi bien ordonné que toi et je ne sais plus où j’ai rangé tes chaussettes. Le temps presse et je dois maintenant retourner au Pôle Nord. Je t’offre donc quelques chaussettes que je trouve très jolies! Je t’invite à faire preuve d’originalité en les coordonnant les unes aux autres. Laisse aller ta créativité! Un peu de fantaisie et de folie ne te feront pas de tort… Je suis persuadé que tu arriveras à créer des combinaisons intéressantes.

Au revoir cher ami! Ce fut un plaisir et un honneur de veiller sur toi!

Dainty le lutin

Le petit garçon fut d’abord très contrarié de ne pas pouvoir récupérer ses précieuses chaussettes. Il prit quelques minutes pour examiner celles que lui avait apportées le lutin Dainty. C’est vrai que leurs motifs étaient jolis et que leurs couleurs se mariaient bien…

Encouragé par le lutin, Eddie décida de faire preuve d’originalité et de porter deux chaussettes différentes. Ça mettait de la couleur dans sa vie et ça rendait la préparation de ses tenues vestimentaires tellement plus amusante! Au départ à l’école, certains enfants se moquèrent de lui. Mais petit à petit, des jeunes se mirent à faire comme lui. Au fil des semaines, de nombreux autres enfants se joignirent à cette nouvelle mode créée par Eddie. Le petit garçon devint très sollicité pour des conseils en matière d’agencement de couleurs. Il se fit ainsi de nouveaux amis.

Même devenu adulte, Eddie continua à porter des chaussettes dépareillées. Il fit carrière dans le domaine de la mode et son style particulier se gagna des admirateurs dans le monde entier. Chaque fois qu’il voyait ses drôles de chaussettes dépasser au bas de son pantalon, le petit Eddie devenu grand avait une pensée chaleureuse pour le lutin bienveillant qui avait ajouté une belle dose de fantaisie dans sa vie.

×